L’état d’urgence récemment promulgué en France résulte des politiques menées depuis 30 à 40 ans par les gouvernements successifs, tant sur le plan de la politique intérieure que sur celui de la politique étrangère (sauf peut-être l’épisode de Chirac refusant de soutenir les USA dans leur invasion de l’Irak).

Mais le pire est en cours: comme il a été incapable de mettre en oeuvre les conditions nationales (le chômage, la pression fiscale en particulier) et internationales (l’ingérence et la servitude vis à vis des Etats-Unis) qui auraient pu garantir une certaine sécurité intérieure, ou du moins protéger la France contre une mobilisation exacerbée de certains milieux (voir mon billet précédent), notre « Président » nous soumet lentement, sournoisement mais inéluctablement à l’épreuve du totalitarisme.
En fait, son action irréfléchie a favorisé l’émergence d’un climat de peur propice à une aspiration du peuple à une plus grande fermeté de la part de l’état (beaucoup de dictateurs ont agi de la sorte pour s’imposer de manière dite « démocratique »). Au plan international, c’est la surenchère qui s’impose, sur le plan intérieur, c’est une montée progressive du mécontentement du à l’incapacité d’endiguer le chômage, avec pour conséquences indirectes la violation de nos libertés: état d’urgence décrété, sa pérennisation par modification de la constitution, main-mise sur les communications dont l'interdiction du WiFi public et des réseaux Tor (bien que cela paraisse difficile), et quoi ensuite ? Et tout ça dans la précipitation, sans réflexion ni concertation réelle, en profitant de l’émotion liée à un tragique événement.

Mais, réfléchissez à la suite: après avoir créé les conditions pour que les populations vivent dans la peur, et favorisent ainsi la montée en puissance d’un parti xénophobe et totalitariste, ce gouvernement met en oeuvre les outils qui permettront à ce parti d’instaurer un gouvernement réellement totalitaire quand il sera au pouvoir, ce qui ne saurait tarder.
Cette évolution ne vous rappelle-t-il pas un épisode comparable de l’histoire de l’Allemagne ?

La France est partagée entre le choix d’une gouvernance d’extrême droite où l’arbitraire domine, et celui de la charia quoiqu’en disent les élites « bien-pensantes »: l’ouvrage « Soumission » de Houellebecq explique très bien le processus (que se passera-t-il dès qu’un parti musulman qui ne manquera pas de voir le jour commencera à avoir des représentants élus ?).

Pour revenir au risque de totalitarisme, je vois deux raisons à la montée inexorable du parti d’extrême droite:
- d’une part l’incapacité des partis traditionnels à proposer et appliquer un programme alternatif crédible. Hollande a été élu sur le rejet de Sarkozy, les élections régionales n’ont argumenté que contre le FN. Ce ne sont pas là des programmes de gouvernement !
- d’autre part, en refusant d’admettre, contrairement à tous les sondages, que le FN devenait véritablement le premier parti de France, les partis traditionnels n’ont pas compris qu’il devaient s’unir pour le contrebalancer, étant entendu que le France ne sait pas organiser de coalitions de gouvernement.