Eh bien non. Il faut croire que la « mondialisation » - terme qui recouvre des tas de notions différentes, et qui est « responsable » de tous nos maux contemporains - fait son oeuvre ici aussi. Quels lobbies arrivent à lancer des concepts qui deviennent des évidences pour une (grande ?) majorité des humains ? Comment parviennent-ils à imposer leurs dictats ? Quel sont leurs soutiens pour qu’ils deviennent aussi convaincants ? Comment en arrivons-nous à cette pensée unique, telle que les contestataires sont littéralement lynchés quand ils osent exprimer une opinion contraire ?

Ces concepts, ces idées, ces affirmations sont soit, la plupart du temps, développés sous couvert d’études scientifiques ou prétendues telles. C’est le cas des travaux du GIEC sur le réchauffement climatique. Non pas que je conteste l’importance de ces travaux, mais les conclusions, avec leur caractère définitif, dictatorial et indiscutable ne lassent pas de m’étonner comme si nous étions arrivés au but ultime de nos connaissances. C’est aussi le cas de la récente grippe A, que l’OMS a déclarée pandémique et taxée de catastrophe mondiale, déclenchant ainsi une pléthore de dépenses au grand avantage des groupes pharmaceutiques. Je sais que si rien n’avait été fait, des voix se seraient élevées pour dénoncer le scandale de l’inertie des gouvernements, certes, mais n’est-ce pas là, justement, la démonstration de la démission de nos gouvernements ?
Soit ils font appel au sacro-saint principe de précaution: si la science n’a pas encore pu démontrer l’absence de nocivité ou n’a pas pu mettre l’homme en accusation (il faut toujours trouver un bouc-émissaire...), alors abstenons-nous d’exploiter le progrès ! Il en est ainsi des soi-disant risques sur la santé des ondes électromagnétiques, tout à coup, parce que les antennes des stations de base des téléphones cellulaires sont facilement visibles, alors que de nombreuses populations sont arrosées depuis des dizaines d’années par des ondes hertziennes de télévision dont les champs rayonnés sont bien supérieurs à ceux-là. Une renommée similaire commence à se développer pour les nano-technologies...
Tout ça n’est que la rançon du progrès. Je qualifie ces propagandes de dictature de l’écologie, alors que l’incertitude est la rançon du progrès.

Ce phénomène est tel que la justice prend en compte les conclusions de ces études ou de ces annonces pour rendre ses verdicts, créant ainsi une jurisprudence dont il sera difficile de se débarrasser le cas échéant.

Si j’ose émettre une hypothèse, c’est que la peur est le moteur de cette propagande. L’aversion du risque, de plus en plus marquée dans notre civilisation contemporaine, puis le sensationnalisme, le scoop recherchés par les médias les plus populaires (ceux dont l’audimat est le plus élevé) servent très bien la cause de ces prétendues vérités.
Tout se passe comme si l’homme pouvait continuer à progresser - parce que les avantages du progrès sont quand même plébiscités - sans risques.
Or, personne ne peut entreprendre quoi que ce soit sans risque, même l’action la plus ordinaire expose son exécutant à un danger potentiel !

Nota: pour ceux qui sont intéressés par la "Pensée unique", voir le site de Jean Martin: http://www.pensee-unique.fr/