Ainsi des dettes souveraines de la Grèce et Portugal: pourquoi ces pays en sont là n’est pas le problème, mais ils y sont.
Et les agences de notation aussitôt de déclasser leur note, pourquoi pas ?
Mais ce qui est moins normal, mais très humain, hélas, c’est que les taux d’intérêt des prêts qui vont leur être consentis flambent aussitôt.

Certes l’adage dit « on ne prête qu’aux riches », mais cela prouve surtout la méchanceté humaine, et explique comment les nantis s’enrichissent.

La solidarité est un vain mot, sauf entre les pauvres !