Je suis sidéré dans cette affaire, comme dans beaucoup d'autres, qu'on ne parle que de recettes, comme si elles étaient inéluctablement dues aux communes. Et les dépenses, alors ? Aucun élu n'a jamais eu l'idée de limiter les dépenses pour équilibrer son budget, comme le fait toute mère de famille digne de ce nom ? Pourquoi les élus prétendent-ils qu’on leur suppriment des recettes et jamais qu’ils ne pourront pas effectuer tel ou tel investissement d’infrastructure ?

Nos élus ne semblent raisonner que comme si les dépenses des collectivités allaient de soi, comme si la disponibilité de l’argent était sans limite. Le problème de la suppression de la TP n’est pas qu’elle diminue les recettes des entités territoriales, il est qu’elle obère l’avenir des entreprises. La TP limite le dynamisme des entreprises, elle est donc contreproductive à long terme. Il s'agit plus d'un problème psychologique que financier, car au finish, c'est toujours le consommateur (ou le contribuable) qui paie, mais il serait plus équitable d'asseoir une taxe sur le bénéfice des entreprises plutôt que sur leur potentialités de développement.

Ceux qui luttent contre la suppression de la TP démontrent leur incapacité gérer l’avenir, et donc leur incapacité à tenir le rôle pour lequel ils ont été élus, non, ce qui les motive, c’est d’être réélus. Je regrette de vous contredire, Mr Raffarin, mais il faut d’abord supprimer la TP, puis créer une autre manière de faire participer les entreprises au développement des collectivités, et pas le contraire, car alors le problème de cette suppression se reposera à l’identique. A vous ensuite de « vendre » cette approche au 36000 maires de France, c’est certes moins démagogique, mais certainement plus responsable.

Oh, je connais vos arguments: "on va être obligé de limiter l’amélioration de cadre de vie", "on va supprimer des emplois liés au développement des infrastructures", "on ne va pas pouvoir tenir nos promesses", etc..., chantage que tout ça, il est de la responsabilité des élus d’assumer leur rôle, et, en ce qui concerne les emplois, combien la suppression de la TP va-t-elle permettre d’en créer, car le but est bien celui-là !

La suppression de la TP n’est pas pire que le surendettement des collectivités, les deux participent à augmenter les charges pesant sur les citoyens, si on ne se pose pas la question de la compatibilité entre les dépenses et les recettes.