Bienvenue , sur le Site de mic0741. Evasions... Réflexions... !

ECOLOGIE et POLITIQUE

Une écologie réaliste et constructive (21/01/2008)

En général, la nature, je devrais dire ici, l'écosystème, pour rester cohérent avec ma définition, introduit toujours un effet régulateur dans son évolution. Dans la relation homme - nature, cet effet régulateur pourrait être, par exemple, carrément la décimation d'une partie de l'humanité en fonction des capacités de ressources de la planète. Une action écologique pertinente devrait s'assigner pour objectif que cette régulation soit la plus humaine possible, c'est à dire de proposer et mettre en place les actions d'accompagnement qui, si possible, seront équitables.

Loin de moi, donc, l'idée de ne pas améliorer notre rapport à notre environnement, mais plutôt par respect, comme chacun est supposé le faire à l'égard de son voisin. Et c'est cette notion que j'appellerais une véritable approche écologique.

Il est clair que notre société occidentale, celle des états du Nord comme il est convenu de l'appeler maintenant, est scandaleusement gaspilleuse et polluante, souvent par négligence, c'est à dire qu'elle se permet de mal utiliser et plus que ce dont elle a besoin, si bien qu'à ce point de vue là, on peut prôner plus de discipline et de civisme.
Pour ne prendre qu'un exemple parmi tant d'autres, ne vous êtes pas étonnés de la quantité de déchets que nous rejetons ? Et plutôt que de s'ingénier à trouver des solutions pour les éliminer, même intelligemment par le tri et le recyclage, ne serait-il pas plus économique et écologique de faire en sorte qu'il y en ait moins ? En dehors des "épluchures", nos poubelles sont remplies d'emballages superflus que nous avons achetés - car ne vous y trompez pas, vous les avez payés - et dont pour beaucoup, nous pourrions nous passer. Comment a-t-on fait pour les sacs plastiques ? Nous les avons (presque) remplacés par des "cabas" réutilisables pratiquement à l'infini ! N'êtes-vous pas choqué qu'on vous vende trois boites assemblées en un emballage supplémentaire, au prétexte que c'est une promotion ? N'êtes-vous pas choqué qu'on vous vende un double emballage pour vos produits cosmétiques, dont un va directement à la poubelle ? Avez-vous réalisé combien de produits que vous achetez ont un double emballage, dont l'un va systématiquement à la poubelle et que pourtant vous avez payé ? C'est le cas de le dire, vous jetez votre argent, non par la fenêtre, ça, c'est le gaspillage par manque d'isolation, mais directement à la poubelle !
Ce n'est qu'un exemple où la société met en place, à grands frais, un remède à un mal sans se poser la question de savoir si le plus simple ne serait pas de supprimer le mal.

Il n'est pas interdit, non plus, de favoriser les économies d'énergie, pour ralentir le pillage de la planète, et ainsi permettre une plus facile adaptation aux changements. Il est même conseillé de mettre en oeuvre les mesures d'économie de ressources naturelles, énergie fossile entre autres, pour prévenir une arrivée brutale de la pénurie à venir, qui elle parait inéluctable, même si son horizon est flou et mouvant: ce qui est certain, c'est que ces ressources ne sont pas infinies.
Je suis donc favorable aux actions pour la réduction des émissions de gaz à effet de serre si elles peuvent servir de prétexte convainquant, tout simplement pour faire prendre conscience, et subséquemment, agir avec plus de pondération. J'y suis favorable, pas forcément pour le problème climatique, mais bien pour les économies d'énergie fossile et la lutte contre le gaspillage en général.
S'il est un domaine où je comprends l'action militante, c'est bien celui-ci, car c'est un des rares exemples où le principe de précaution est productif à tout point de vue: il y a des tas de raisons de diminuer notre production de gaz à effet de serre, même sans être convaincu qu'elle est la cause du réchauffement climatique accéléré observé actuellement (voir ci-dessous).

A ce propos, les bio-carburants n'apportent aucune amélioration à la situation actuelle, puisqu'il dégagent autant de CO2 que les plantes qui ont servi à le fabriquer n'en ont consommé, c'est l'argument avancé par leurs défenseurs.
Et quid de l'énergie consommée pour les fabriquer ?
Or, si l'effet de serre est aussi négatif pour la planète, ce n'est pas un maintien du niveau de CO2 qu'il faut viser, mais sa diminution substantielle. En fait, les seules filières connues aujourd'hui pour diminuer les gaz à effet de serre sont le nucléaire et le photovoltaïque, tout deux générateurs d'électricité, ainsi que la géothermie, si l'on admet que l'électricité d'origine hydraulique est presque complètement exploitée. Je ne parle pas de l'hydrogène tant qu'on ne sait pas le produire sans consommer au moins autant d'énergie qu'il n'en restitue, ni de l'éolien, dont le consensus indique que ce ne peut être qu'une énergie de complément marginale (cette dernière serait pourtant, à mon avis, la meilleure filière d'énergie renouvelable, avec l'exploitation de l'énergie des océans).

La pollution par négligence est un autre mal à combattre, symbolisée actuellement avec l'Erika, mais où chacun est concerné, les individus par ce que nous jetons n'importe où, et les entreprises industrielles qui rejettent sans traitement. Ce sont autant d'exemples pour lesquels l'écologie doit avoir un rôle constructif.
Par contre, des développements tels que celui des OGM et du clonage, puisque ce dernier commence à être particulièrement d'actualité, ne sont pas forcément négatifs et les actions écologiques qui les combattent procèdent d'une grande naïveté vis-à-vis de la nature humaine, et de l'inéluctabilité du progrès.

La question qu'on devrait se poser est de savoir où l'action est réellement bénéfique: corriger les défauts de l'homme ou maintenir une nature en reniant l'existence de l'homme ?

Au fait, au sujet de l'effet de serre, le GIEC (Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat) estime à plus de 90% la probabilité que le réchauffement climatique soit dû aux gaz à effet de serre (GES), je me pose néanmoins un certain nombre de questions et les rapports d'experts dont j'ai pu lire les compte-rendus ne m'ont pas complètement convaincu.

D'abord, l'influence des GES est prouvée par les résultats de calculs à partir de modèles, en particulier la superposition, sur les modèles des phénomènes naturels, d'un modèle d'influence des GES, mais quelles expériences ont permis de valider celui-ci ? Certes les résultats des modélisations montrent que les courbes d'évolution des températures suivent assez bien celles issues de l'observation. Mais il ne suffit pas d'élaborer un modèle mathématique qui colle avec la réalité pour prouver qu'il est valable, encore faut-il que tous ses paramètres aient été validés par des expériences alternatives. Ainsi, la répartition des GES dans l'atmosphère devrait, selon le modèle, donner une répartition de leur densité et de leur température dans les couches successives de l'atmosphère, deux grandeurs qui peuvent être mesurées à l'aide de ballons sonde; certains prétendent que ces mesures ne corroborent pas le modèle. Température et CO2

Evolution comparée de la température et
de la concentration en gaz carbonique de - 400.000 ans à nos jours.
(PPMV = partie par million en volume
Evolution des températures, en°C.
Source : GIRDA)

Ensuite, dans les schémas d'échanges d'énergie, on ne parle que de celle qui est reçue par la terre, jamais de celle qui est produite par la terre elle-même; or le centre de la terre étant un magma en fusion, comment l'énergie rayonnée correspondante intervient-elle, est-elle si négligeable ?

Enfin, sur les courbes historiques ci-contre qui montrent la corrélation entre la température de la terre est la concentration de CO2, s'est-on assuré de ce qui est la cause et ce qui est la conséquence, ne serait-ce pas au contraire de ce qu'on avance, la température qui provoquerait la variation de CO2 par son influence sur la végétation, par exemple (il a déjà fait plus chaud, avec moins de CO2 que maintenant) ?

cubesA suivre - Ecologie et fracture sociale.

validXHTML valid-css compteur

Copyright 2008 mic0741 - Tous droits reservés - -

Resolution conseillee:1024x768px - Première mise en ligne 15/01/2007