Bienvenue , sur le Site de mic0741. Evasions... Réflexions... !

PERCEPTION de L'UNIVERS

L'instrumentalisation de la perception

L'homme ne cesse jamais de construire un Univers cohérent et d'en préciser la définition. Cette cohérence est en rapport direct avec sa logique, à partir de ses observations (toujours ses 5 sens). Cependant plus il progresse (vers l'infiniment grand: univers, et vers l'infiniment petit: composition de la matière), plus ses conclusions dépendent d'observations indirectes. Il prend connaissance des éléments qu'il recherche en utilisant des intermédiaires qu'il conçoit et fabrique. Il élabore les instruments d'observation qui lui permettent de voir les effets de ce qu'il veut appréhender, et c'est le raisonnement (sa logique) qui lui fait déduire les évènements. Ceci est vrai depuis l'invention du miroir, puis de la lentille qui a permis de grossir ce qu'on voit, mais déjà là, l'observation se fait au travers d'un artéfact: microscope pour ce qui est petit, télescope pour ce qui est loin (et grand), dont les caractéristiques de transformation sont déjà issues d'un raisonnement logique. Ainsi le raisonnement prend de plus en plus d'importance dans l'interprétation des évènements, sans même qu'on en prenne toujours conscience.

Les enquêtes policières illustrent bien cette démarche dans laquelle les évènements sont reconstruits intégralement (pas toujours avec succès!) à partir de l'analyse de leurs effets. Prenons l'exemple d'un accident de la route: les enquêteurs, arrivés après les événements proprement dits, rassemblent les indices matériels uniquement (s'il n'y a pas de témoin, et s'il y en a, ils sont souvent sujets à caution, et à interprétations) pour arriver à recomposer finalement tout le film des évènements. Ils ne disposent pas d'autre preuve de la réalité des faits, on peut donc considérer qu'ils ont élaboré une réalité virtuelle, à partir d'indices et de raisonnement.

La recherche scientifique appliquée à tous les secteurs où les faits ne peuvent pas être observés directement, c'est à dire dans notre période contemporaine, presque tous les domaines, fait appel majoritairement au raisonnement logique appliqués aux résultats d'observations d'effets quelquefois très indirects, et par des moyens eux-mêmes très indirects (je pense en particulier aux recherches sur la matière grâce aux outils que sont les grands accélérateurs). De plus, ce raisonnement logique fait de plus en plus appel à des outils de calcul (informatique), qui ont eux-mêmes été élaborés par l'homme, donc avec sa logique (mathématique) et auxquels nous faisons confiance par définition. On peut dire que la description de tels évènements, résultant de l'interprétation, par toute une chaîne de raisonnements logiques successifs, des observations faites par nos sens au travers d'outils matériels artificiels (par opposition à nos organes naturels), correspond bien à une réalité virtuelle. Ce que je veux montrer, c'est que finalement tout ce que nous appréhendons, l'est par nos seuls sens et notre capacité à raisonner, c'est à dire la logique humaine. Et cette logique n'est pas toujours sans failles, telles les illusions d'optique mentionnées précédemment.

La bulle de la logique humaine

Finalement l'Univers cohérent que l'homme se construit au fil du temps est tributaire de de ses sens pour une part de plus en plus faible, et de sa logique. Tout se passe comme s'il voyageait dans un environnement délimité par ses sens et sa logique. A l'intérieur de cette bulle, son univers est déterministe, unique, logique, et petit à petit se précise (ce processus ne semblant pas avoir de fin, du moins dans le cadre de la constitution du cerveau humain actuel), mais n'y a-t-il pas un extérieur à cette bulle ? Un environnement inaccessible à notre sensibilité ? Cette bulle me fait d'ailleurs penser à la courbure de notre Univers qu'à démontrée Einstein (n'a-t-il pas dit aussi que l'Univers était fini à un certain moment de sa vie ?). Et si d'autres sens, que nous ne pouvons même pas imaginer, nous permettaient d'appréhender l'extérieur de cette bulle ? Notre bulle alors grossirait et engloberait d'autres bulles hypothétiques!. Or les nouvelles théories cosmologiques commencent à l'imaginer sinon à le modéliser, du moins le mettent au nombre des théories possibles (Voir l'excellent article de JP Luminet de l'Observatoire de Paris). Et si notre bulle n'était que le fruit de notre imagination, une construction virtuelle que nous réalisons en mettant en cohérence, par le moyen de notre logique, toutes les informations que nous semblons recevoir par nos sens ?

Je trouve ici aussi que l'homme a l'esprit étroit, ne voulant (ou ne pouvant ?) pas imaginer que d'autre formes d'intelligence puissent exister, qui ne seraient pas accessibles à l'entendement humain, soit parce que nos sens, voire notre intelligence, sont incapables de les capter (nous n'avons pas les capteurs ou les compétences intellectuelles adéquats), soit parce qu'elles sont construites à partir de "matières" (visibles ou invisibles par l'homme) dont la logique de construction nous échappe. Seuls quelques auteurs de Science Fiction ont fait mention de telles possibilités en citant des mondes parallèles totalement inaccessibles à l'homme, sauf circonstances fortuites ou développements de nouvelles facultés suite à une mutation.

Finalement, il n'est pas étonnant que nous appréhendions l'Univers comme un espace infini (au sens où nous reculons continuellement ses limites), car nous l'appréhendons comme euclidien, c'est-à-dire conformément à ce que nous pouvons voir directement (la terre ne nous paraît-elle pas plate alors qu'elle est sphérique ?). Comme pour tous les raisonnements, l'homme a des convictions à son échelle, qui est infiniment petite devant la réalité de l'Univers, et il infère que plus loin c'est pareil qu'ici près, il ne fait que généraliser son environnement immédiat.

cubes

validXHTML valid-css compteur

Copyright 2008 mic0741 - Tous droits reservés - -

Resolution conseillee:1024x768px - Première mise en ligne 15/01/2007