Bienvenue , sur le Site de mic0741. Evasions... Réflexions... !

REACTIONS SUR L'ACTUALITE

Novembre 07 - Grève des étudiants -

17/11/2007 - Plaidoirie contre le blocage des facs

Mesdemoiselles et messieurs les étudiants contestataires,

Vous êtes des moutons qui vous laissez manipuler par des meneurs gauchisants, dont le seul but est de déstabiliser un gouvernement qu'ils n'ont pas pu élire (voudraient-ils seulement d'un gouvernement élu d'ailleurs ?).

Les manifestations actuelles d'étudiants, et je ne dis pas "le malaise des étudiant", tant le problème de 2007 est marginal, illustre bien la profonde déprime de notre société française contemporaine.

La grève des étudiants et le bocage des universités est forcément le fait de ceux qui sont entrés en université par défaut, donc qui n'ont ni envie ni le courage de réussir, ni les capacités pour y parvenir, faute d'avoir été assez motivés et assidus auparavant. L'excuse de l'inégalité des chances est sans doute recevable, mais beaucoup moins en primaire et secondaire qu'en enseignement supérieur. Les échecs de la première année d'université sont donc à imputer à l'absence de sélectivité du bac, et au dénigrement du travail manuel, et des métiers alternatifs actuellement délaissés par les jeunes, et pas à un quelconque problème d'organisation des universités..

Deux témoignages qui montrent l'ineptie de l'action estudiantine actuelle, et je ne parle pas des activistes lycéens qui ne sont que des gamins suiveurs en mal de reconnaissance, d'affirmation de soi comme tous les adolescents, ou victimes de défaillance de l'autorité parentale :

  • à Chambéry, 135 étudiants sur 200 ont voté le maintien du blocage (22/11/2007). Ils sont 8000 étudiants à Chambéry. Sans commentaires !
  • un interviewé se plaint du fait que le financement des universités par le privé fera fuir des cerveaux de la recherche fondamentale aux US et au Canada. Je rappelle que dans ces pays c'est la participation des entreprises privées qui fait vivre majoritairement les universités et les centres de recherche. Cherchez l'erreur !

Vraiment les étudiants contestataires feraient bien de réfléchir avant d'agir et dire n'importe quoi. Ils feraient mieux de proposer de discuter sur les aménagements et accompagnement de la loi Pécresse avant de la combattre aveuglément sans rien comprendre et tout bloquer comme des imbéciles. Si les entreprises privées financent les universités ce sera forcément dans le sens de leurs intérêts, certes, mais ces intérêts sont précisément une garantie pour les étudiants de trouver un job à la sortie.

Cette attitude des étudiants pose deux problèmes:

  • celui de leur motivation: ont-ils vraiment envie de travailler, ou veulent-ils imposer leurs idées stériles envers et contre tous besoins de notre société ? Ils paraissent vouloir imposer à la société, non ce dont elle a besoin et réclame, mais ce qu'ils ont envie de faire (ou plutôt de ne rien faire, comme le leur ont enseigné leurs aînés de Mai 68) en contradiction avec toute logique économique. Et dire qu'ils sont sensés devenir une élite de la nation !! Si problème il-y-a dans ce domaine, c'est bien que l'université est d'abord la poubelle de l'enseignement secondaire. Voilà un beau sujet de négociation: faire en sorte que des cursus crédibles soient proposés aux diplômés du bac qui sont incapables pour une raison ou une autre (que ce soit du à leur manque de capacité ou leur milieu défavorable) de poursuivre des études supérieures. Et des jobs alternatifs, il y en a, et pas par les filières universitaires.
  • celui de la recherche fondamentale, qui peut s'avérer le vrai problème potentiel de la loi Pécresse: en France il faut absolument que l'état finance cette recherche, car aucune entreprise n'est capable de le faire, et pourtant c'est un besoin crucial pour l'avenir d'un pays comme le nôtre. Les grandes entreprises françaises, qui ne sont plus financées par l'état, tant cela fait jaser, contrairement aux Etats-Unis, ont renoncé à leur recherche fondamentale, pour des raisons de rentabilité immédiate bien faciles à comprendre, même si la pérennité à long terme est ainsi remise en cause. Les Ministères de l'Industrie et de la Défense ont progressivement cessé de financer la recherche industrielle sans objectif concret, tellement cela semblait de l'argent perdu pour les gouvernements depuis 1981, et les financement Européens ne s'y sont pas substitués complètement tant les besoins des pays européens sous-développés étaient importants (Espagne, Portugal, puis Pologne et les ex-pays de l'Est).

Voilà le sujet sur lequel il faudrait débattre, mais le blocage des universités n'est certainement pas la solution constructive, qui empêche ceux qui souhaitent s'en sortir de le faire.

Je sais bien que beaucoup parmi les manifestants agissent pas jalousie vis-à-vis de ceux qui ont la volonté, contrairement à eux, de s'en sortir, mais notre société a le devoir de ne pas tolérer cette situation.

validXHTML valid-css compteur

Copyright 2008 mic0741 - Tous droits reservés - -

Resolution conseillee:1024x768px - Première mise en ligne 15/01/2007