Bienvenue , sur le Site de mic0741. Evasions... Réflexions... !

REACTIONS SUR L'ACTUALITE

Novembre 07 - La grève SNCF -

17/11/2007 - Lettre ouverte aux cheminots

Pleurez, messieurs les cheminots, vous êtes bien à plaindre !

Certes, je ne crois pas, comme certains le prétendent dans des diffusions web sans grand fondement, que vous soyez privilégiés en salaire. Admettons que pour une répartition de qualification à peu près équivalente à celle de l'industrie privée, la masse salariale de la SNCF soit conforme à la moyenne nationale. Encore que je pense, et vous ne le contesterez pas, que votre pouvoir d'achat est légèrement supérieur à la moyenne à qualification équivalente, mais enfin, je ne polémiquerai pas là-dessus.

Par contre, où vous nous mentez, - et je vous accorde cependant que la base est abusée par les meneurs syndicaux - c'est sur tous les autres points :

La pénibilité de votre travail n'est pas supérieure à celle des autres professions du privé. Là aussi les astreintes existent, là aussi les heures supplémentaires existent, là aussi des heures de travail de nuit existent, là aussi le travail du WE existe dans des professions qui pourtant cotisent 40 ans, d'ailleurs depuis un certain temps (ceux qui sont nés depuis 1943 pour être précis).

Quant aux soi-disantes responsabilités humaines des conducteurs vis-à-vis des voyageurs transportés, ne me faites pas rire, elle est nulle: il y a longtemps que c'est la technique qui prend cette sécurité en main, et chaque incident, à la SNCF, est analysé, décortiqué pour optimiser chaque fois le système de sécurité dans son ensemble. Non, si on vous fait attendre 10 ans pour conduire un TGV, c'est parce qu'il faut être sûr que les trains arriveront à l'heure. Toute défaillance du conducteur qui pourrait mettre la sécurité des voyageurs en danger se traduit, au pire, par un arrêt automatique du train (vous savez, le système de l'homme mort); non, ce qu'on vous demande c'est que ça se produise le moins souvent possible, car, avec un train toutes les deux minutes sur le réseau TGV, le moindre arrêt intempestif paralyse tout le réseau, et dans de telles conditions, c'est la crédibilité de la SNCF, et donc votre compétence qui serait remise en cause. C'est d'ailleurs pareil pour tout conducteur de train, mais moins crucial sur des réseaux dont la circulation est moins dense, sauf pour les trains régionaux d'Ile de France, mais là, on ne peut pas dire que le service public soit au top !

Dans tous les domaines on vous demande de la conscience professionnelle, de la précision et de la minutie, et je pense que vous les assumez, au moins aussi bien que d'autres catégories de travailleurs, sauf quand, non seulement vous prenez en otage le peuple, mais vous sabotez aussi le fonctionnement des trains (là, ce sont purement et simplement des actions terroristes). On n'est plus à l'époque de la résistance contre un ennemi occupant et dictateur, que diable !

Vous avez la chance, comme tous les fonctionnaires, mais les autres cotisent pendant 40 ans, de signer des contrats de travail qui ne sont ni des CDD, ni des CDI, mais bien des CD: Contrat Définitif. Ne pensez vous pas qu'il s'agit là d'un avantage considérable en terme de stress dont les salariés du privé ne bénéficient jamais ?

Quant au Service Public, il s'agit d'une responsabilité que la Nation vous donne, et pour laquelle elle vous rétribue, les contribuables vous rétribuent. Alors ne croyez vous pas qu'un peu de déontologie serait bienvenue, comme celle d'autres services publics, je pense aux médecins et aux infirmières, qui se mettent en grève avec un dossard pour l'indiquer, mais qui assument malgré tout leur service ? Comment pouvez-vous mener une action de dégradation du service, au nom du service public, alors c'est ce public qui vous paie ? Il existe peut-être, si vouliez bien y réfléchir, des modes d'action plus constructifs que la paralysie de l'économie !

Il faut réaliser que les conditions de retraite, âge de mise en retraite et cotisations, qui avaient cour auparavant ne peuvent plus être maintenues, et doivent s'adapter à l'évolution de la démographie: qui pourrait défendre l'idée que les travailleurs peuvent supporter financièrement aujourd'hui, pendant leur vie active, les charges de retraités dont l'espérance de durée a été multipliée par 5 environ depuis 50 ans (espérance de vie passant de 60 à 80 ans). Un simple petit calcul, à la portée de n'importe qui, permet de s'en convaincre: mettons 30 millions de travailleurs (ils sont en fait moins nombreux) qui travaillent 40 ans (de 20 à 60 ans, ce qui est un maximum puisque l'âge moyen de retraite en France et de 57,5 ans), qui doivent cotiser pour 30 millions de retraités qui vivent encore 20 ans, cela correspond à une charge de la moitié du salaire des travailleurs, c'est totalement impensable dans le monde concurrentiel dans le quel nous vivons, car répercuté directement sur les prix des produits français, progressivement plus personne ne les achètera; comment faire autrement ? Le même calcul appliqué à une retraite à 50 ans (30 ans de travail et 30 ans de retraite), donne une charge de cotisation égale au salaire. Un minimum de justice sociale voudrait qu'au moins ceux qui travaillent moins que les autres en aient honte et demandent le régime général ! Certes, le travailleur à courte vue me rétorquera que c'est au patron de la payer, or le patron ne peut payer que s'il réduit les salaires de ses employés et/ou fait payer ses clients, et contester cet état de fait est tout simplement irresponsable, et en plus pernicieux, car c'est le meilleur moyen pour progressivement passer d'un régime par répartition, que tous ces contestataires revendiquent, à un régime par capitalisation, dont bénéficieront forcément les plus riches, capables de se payer des assurances pour leur retraite quand ils jugeront que le montant issu de la répartition n'est plus à la hauteur. Non, vraiment vous avez un raisonnement à courte vue, et donc avez bien besoin que quelqu'un s'occupe de le compenser.

Et puis l'argument spécieux que vous invoquez, que ce sont les salariés de la SNCF qui paient les retraites des retraités de la SNCF, peut-être, encore que cela doive être prouvé, mais de toute façon, c'est sur le dos des clients de la SNCF, c'est à dire de la Nation toute entière. Vos seuls revenus, sont ceux payés par les clients des trains de voyageurs, car la branche fret est pour le moment déficitaire. Ils se répartissent entre des contributions des industries privées sous formes de frais de déplacements de leurs employés, et de contribution directe des voyageurs privés, et si ça ne suffit pas à équilibrer les comptes, comme cela c'est produit par le passé, de toute façon, c'est le contribuable qui fait l'appoint. Vous êtes donc redevables à 100% de ce public que vous pénalisez par vos grèves et à qui vous demandez, en fait de payer vos retraites à partir 50 ou 55 ans. Et tous les avantages supplémentaires dont vous bénéficiez par rapport à d'autres travailleurs correspondent à des prix de billet - donc contribuent au coût de la vie - qui pourraient être réduits si vous acceptiez la simple équité par rapport aux autres. Ai-je bien compris le slogan de notre République: Liberté, Égalité, Fraternité ?

J'ai d'ailleurs une réflexion écologique à votre sujet: puisque la branche fret est déficitaire, ne vaudrait-il pas mieux transférer les avantages de retraite dont vous bénéficiez sur le financement de cette branche afin de favoriser le ferroutage et contribuer à réduire la pollution de la planète ?

Bref, en aucune manière vos privilèges ne se justifient, et la vraie raison de la grève n'est certes pas là: ne serait-elle pas dans la chienlit que la CGT, appuyée par les forces de l'extrême gauche, tente de mener contre tout gouvernement élu démocratiquement ?

Cheminots, vous êtes manipulés !!

validXHTML valid-css compteur

Copyright 2008 mic0741 - Tous droits reservés - -

Resolution conseillee:1024x768px - Première mise en ligne 15/01/2007