Bienvenue , sur le Site de mic0741. Evasions... Réflexions... !

REACTIONS SUR L'ACTUALITE

Mars 07.

18/03/2007 - Ségolène et les autres: lettre ouverte

Mme Royal, vous avez quelques faiblesses rédhibitoires pour pouvoir prétendre aux plus hautes fonctions. Il ne suffit pas d'écouter pour ensuite appliquer des suggestions, l'auto gestion sans leader charismatique n'aboutit à rien. Encore faut-il avoir un programme cadre, proposer de grandes orientations vers quoi on veut aller, voire des objectifs précis à mettre sur la table pour en discuter. Vous ne semblez pas avoir tout ça, ou du moins rarement. Votre approche semble plutôt opportuniste. Mais vous n'êtes pas la seule, vos concurrents immédiats ont aussi leurs faiblesses, tout aussi rédhibitoires. Et si je prends d'abord exemple de vous c'est parce qu'il faut bien commencer par quelqu'un, et peut-être aussi parce que, au fond de moi reste-t-il un peu de fibre socialiste. Vos faiblesses ?

- Etre contre le nucléaire, seule énergie probablement capable de faire la transition entre les énergies fossiles et d'encore hypothétiques énergies renouvelables, dénote un manque de vue à long terme sur un sujet, la compétitivité industrielle et le confort de tous, où personne n'est prêt à faire un retour en arrière, n'en déplaise à la minorité combattante (voir aussi l'article suivant). Refuser les OGM, qui nous envahiront, si ce n'est déjà fait, simplement parce que d'autres pays n'ont pas les mêmes états d'âme que quelques français rétrogrades et anti progrès, dénote un manque de réalisme économique flagrant (vous avez tort de rejeter Mr Allègre).

- Et puis aucun discours ne serait-ce qu'un peu ambitieux et constructif sur la politique internationale: vous semblez avoir peur, comme les autres candidats d'ailleurs, de promouvoir l'Europe. Est-ce à cause du Non de l'an dernier ? Pourtant il s'agit là, non pas d'une erreur, mais d'une faute des français, certes due à la carence du Président de la République: il ne faut pas laisser dans les mains du peuple, même quand on est socialiste, une décision dont seule l'histoire nous dira qu'elle était une bonne décision. Mais de ce discernement, combien d'hommes politiques en ont été capables et en sont capables aujourd'hui ? Quant à la politique internationale, où en est-il question ? Serait-elle limitée à cette velléité (bien utopique dans le cadre d'un mandat de 5 ans) d'infléchir les règles du commerce mondial pour Mme Royal ? Serait-elle limitée à une inféodation au libéralisme américain pour Mr Sarkozy ? Serait-elle limitée à l'autarcie pour Mr Le Pen ? Et quoi pour Mr Bayrou ? Sans parler des autres dont on se demande même s'ils savent que le reste du monde existe ! Comment allez-vous faire et qu'allez vous faire, vous, nos candidats à la Présidence de la République Française pour représenter, défendre et valoriser la France dans la compétition internationale ?

Mais pour revenir à la politique intérieure, Mr Bayrou, qui prétends réunir les français, ne nous propose pas de méthode du tout pour faire cohabiter, comme il prétend vouloir le faire, des sensibilités de droite et de gauche. Un des rares points positifs de son programme est de vouloir faire des économies pour financer des dépenses mieux ciblées. Les autres candidats ne font que proposer une pression fiscale accrue, d'une manière ou d'une autre, ou sur une catégorie ou une autre, pour financer les objectifs de leur programme. Mais la France dépense déjà assez comme ça, et les pressions fiscales sont déjà assez lourdes pour l'ensemble des catégories. Vouloir par exemple réduire le nombre de fonctionnaires, comme le prétend Mr Sarkozy, est une proposition réaliste et inéluctable dans notre monde de plus en plus informatisé. Il ne fait en cela que suivre les bonnes méthodes appliquées dans l'industrie pour rester concurrentielle. Il est en effet souhaitable de réduire les dépenses de l'état par tous les moyens: les fonctionnaires n'apportent aucune richesse à la France, il ne font que faire fonctionner les institutions (et sont certes par là nécessaires), mais tout progrès technologique ou méthodologique devrait s'accompagner corrélativement de réduction de personnel. L'emploi devrait être promu, encouragé et éventuellement aidé, ailleurs, et en particulier dans des organismes créateurs d'innovations, de revenus et de richesses pour le pays. Et si aide il y a il faut le faire comme les Etats-Unis, en finançant la recherche et le développement, y compris sous des prétextes fallacieux si cette aide risque d'être critiquée par les compétiteurs mondiaux. Les actions pour l'emploi productif sont d'ailleurs la seule voie acceptable pour assurer l'avenir de nos jeunes, mais aussi de nos plus anciens (leurs retraites).

Et puisque j'en suis aux propositions, et que l'élection présidentielle est une opportunité, ne pourrait-on pas faire l'inventaire des compétences particulières à la France (je pense à titre d'exemple au foie gras, encore que là il soit déjà trop tard), du patrimoine industriel, voire artistique, de la France (je pense par exemple à la vente en Chine d'outils industriels dans les domaines du décolletage et du textile, qui ont provoqué l'arrêt des productions françaises correspondantes), pour les valoriser à l'extérieur, mais surtout pour encadrer leur fuite vers des pays étrangers et en particulier en voie de développement. Exporter des compétences, oui, mais pas au détriment à terme de notre industrie ou de notre patrimoine: à ce titre, la location, chère, des ?uvres du Louvre me paraît être une source de richesse exploitable, n'en déplaise aux nostalgiques de la générosité culturelle désintéressée. Prêter ces ?uvres n'aurait aucun impact sur la notoriété de la France, les louer, cher si c'est possible, risque de rendre la France incontournable, puisque dans notre monde ultralibéral, l'argent est le langage bien compris. De même la France ne dépose pas assez de brevets, par laxisme, par confiance ? En tout cas ce constat nécessiterait la mise en place d'organisme de prospection des idées brevetables, d'aide à la rédaction de brevet (voire carrément de rédaction), et d'incitation auprès des industriels au partage des revenus d'exploitation avec les inventeurs. Etant entendu aussi que des idées bien gardées peuvent être plus efficaces que des brevets (la Chartreuse par exemple).

- Parlons ensuite de cette polémique sur l'intégration et l'identité nationale. Il faut se rendre à l'évidence que le phénomène de l'immigration est un problème à l'échelle de la nation qui nécessiterait bien un ministère. De même pour l'identité nationale, qui n'est pas pour moi exclusive d'Européanisation, comme voudrait nous le faire croire un certain extrémiste Le Pen. Cependant je suis frappé par la perte constante et progressive de notre identité, moi qui suis - encore - si fier d'être français. N'avez-vous pas remarqué comment l'anglais s'insinue partout: combien de publicités, véhicules culturels indéniablement efficaces (même si on peut le regretter), utilisent l'anglais, soit directement, soit par la musique d'accompagnement, à tel point qu'on a l'impression que, sans l'anglais on ne peut pas convaincre! Même les "spots" publicitaires de l'état s'en imprègnent, tel celui, actuel, pour la lutte contre la discrimination: "free hugs". Combien de nos artistes de variété se croient obligés de posséder un répertoire en anglais. Certes l'anglais est devenu la langue véhiculaire commerciale, mais pourquoi se laisser ainsi polluer et finalement départir de la représentation la plus tangible de notre identité nationale. Il est vexant, pour un Français un tant soit peu au courant et attentif à ce qui se passe dans les pays francophones, de constater que ces pays font plus pour notre langue que nous mêmes dans notre pays. Ainsi les Québécois francisent-ils systématiquement les termes anglais utilisés dans la vie de tous les jours, et ils utilisent réellement leurs substituts français. C'est l'association entre intégration et identité nationale qui est critiquable, mais pas la réalité des deux problèmes. En ce sens, Mr Sarkozy se place plus à droite que Le Pen. Il faut dire que ce dernier a mis de l'eau dans son vin, pour des raisons purement électoraliste, en fait je ne lui accorde aucune confiance et pense qu?il est resté un adolescent aigri.

Enfin, je suppose que, comme tout industriel compétent, chacun de vos concurrents pratique l'intelligence industrielle (vocable moderne pour "espionnage industriel"), ce qui m'évite d'envoyer cette note à chacun d'eux.

18/03/2007 - Ecologie et nucléaire

Plutôt que de manifester contre: le nucléaire, les OGM, que sais-je encore? ce qui n'est absolument pas productif, pourquoi ne pas manifester avec encore plus de virulence, pour: la généralisation des panneaux solaires, électriques et à eau chaude? Je ne parle pas des éoliennes, le sujet étant polémique: ceux qui sont pour, sont contre dès qu'on leur propose d'en installer une à côté de chez eux!! Et même pour les panneaux photovoltaïques, qui s'est soucié, chez les détracteurs du nucléaire, du prix de revient, de la consommation d'énergie et de la pollution qu'engendre leur fabrication ? Et même si la réponse est positive, sont-ils capables d'y répondre ?

Bref, manifester pour quelque chose est bien plus constructif, et permet de rallier tous ceux qui refusent le progrès, d'ailleurs je voudrais bien savoir combien de ceux qui refusent le nucléaire accepteraient de se passer d'électricité. Manifester pour les solutions alternatives et arriver à les faire généraliser est certes bien plus sûr pour éviter la prolifération des centrales nucléaires que de se battre contre leur construction. Et en fait, ceux qui luttent contre cette production d'énergie se sont-ils vraiment interrogés sur nos besoins industriels en énergie, de façon à ne pas risquer de voir les délocalisation s'amplifier vers des pays qui ne se posent pas encore la question de la pollution de la planète. Croient-ils que ces pays vont leur demander leur avis pour continuer leur expansion, expansion nécessaire à satisfaire leurs aspirations - légitimes - à atteindre notre niveau de vie.

En résumé, je suis pour le nucléaire dans un souci de réalisme, parce que, en accord avec les écologistes, je sais que nos réserves d'énergie fossile sont finies, qu'il n'est pas forcément conseillé de les utiliser sans vergogne à cause de la pollution qu'elles engendrent, que nos réserves d'énergie hydroélectrique ne sont pas non plus inépuisables, et d'autant moins depuis que nous sommes sûr du réchauffement de climatique de notre planète. Je pense que nous ne pourrons pas nous passer du nucléaire pour faire la transition des énergies fossiles vers des énergies dites propres. Par contre, se battre pour accélérer, et cela sans limite, l'utilisation de ces énergies propres, est la garantie de limiter la prolifération du nucléaire bien plus surement que de se battre contre.

Réalisez que pour faire tourner notre industrie, et donc maintenir nos emplois, il faut de l'électricité - et toujours plus - pour concurrencer les pays en voie de développement. Réalisez que pour faire rouler nos TGV et nos transports ferroviaires, un des rares moyens pour limiter la pollution par nos gaz d'échappement (l'autre étant la voie fluviale: merci Mme Voinet d'avoir arrêté la construction du canal du Rhône au Rhin), il faut de l'électricité. Ce ne sont pas les moyens technologiques alternatifs connus actuellement de production d'électricité qui permettront avant longtemps de satisfaire ces demandes, alors quoi: revenir à l'âge des cavernes ??

Une évolution ça s'accompagne, ça ne peut jamais se faire brutalement, au risque de vous retomber sur la tête - éventuellement par une contre révolution - . L'histoire en est truffée d'exemples qui prouvent que de toute façon l'évolution prend son temps: combien avons-nous eu d'aller et retour entre République et Royauté (ou impérialisme, ce qui revient au même) dans notre histoire française ? Qu'en est-il devenu de l'URRS, et des pays communistes ? Ou bien l'évolution s'accompagne sans à-coups, et c'est le propre des grands politiques, exceptionnellement rares, ou bien elle se fait en dent de scie, réactions et contre réactions successives, et en général de manière totalement non maîtrisée, ce à quoi ressemble hélas notre France contemporaine.

validXHTML valid-css compteur

Copyright 2008 mic0741 - Tous droits reservés - -

Resolution conseillee:1024x768px - Première mise en ligne 15/01/2007